mardi 22 février 2011

Parce que tout est dans le regard.

Monochrome.              


" Le vrai mystère du monde est le visible, et non l'invisible."
Oscar Wilde.


        Personnellement, il m'arrive d'avoir des sortes d'illumination quand il s'agit de trouver une nouvelle idée photographique. Mais souvent je dois faire marcher mes neurones. Pas ce cadrage, plutôt en couleurs, pas cet élément, pas cette posture. Etc.
C'est du travail en permanence car un seul et minuscule élément dans le rendu final peut  intégralement changer le sens qu'on voulait donner au départ.
Mais il ne faut pas oublier que chaque spectateur porte un regard différent sur la photographie. Prenons pour exemple la photographie ci-dessus. Bien qu'elle ait une attitude neutre, le spectateur est directement porté sur le regard du modèle. 
À quoi pense-t'elle? Pourquoi cette expression? Est-ce une expression volontaire ou naturelle? Est-ce un portrait incarnant le thème de la photo d'identité? Ou est-ce une photo d'identité "remastérisée"? De plus, le titre ne nous aide pas tellement.
Comme l'œuvre de Léonard de Vinci, La Joconde, il n'y a aucune émotion, presque aucun élément qui indique ce que l'artiste a voulu faire passer à travers ce portrait, laissant le spectateur sur sa fin. Il n'y a rien qui puisse le conduire vers une hypothèse. Mais un rien n'est pas rien en art. Au contraire.
       
       Qu'importe. Le spectateur reste mitigé sur le sens de cette photographie car cette dernière reste un mystère au regard des autres.



 
Modèle: Estelle B.
Photographe: Maëva Nalin