jeudi 21 janvier 2016

Parce que j'ai fini mes études, que je suis diplômée et que je suis professeure d'arts plastiques.


"Tu me dis, j'oublie
Tu m'enseignes, je me souviens
Tu m'impliques, j'apprends"
Benjamin Franklin


Me voilà diplômée d'un Master MEEF option Arts Plastiques en poche, professeure en poste pour la première fois cette année. 
Ce début d'année scolaire fut difficile, comme si on me jetait dans une piscine remplie de requins mais qui avaient soif (de sang?) d'apprendre. Mais comme on le dit très souvent, ce n'est que sur le terrain qu'on apprend et qu'on se forme le plus et non sur un banc d'amphi. Bien entendu, on vous prépare à ce métier, cependant je me suis rendue compte de cet écart important entre la théorie (l'utopie) et la pratique (la réalité). 
Notre pédagogie s'adapte aux élèves qu'on a en face de nous, mais l'objectif reste le même: qu'ils sortent du système scolaire avec un minimum de bagages de connaissances et de compétences en mains.
Avec un soupçon de nervosité au début, je peux dire que, malgré certains jours qui sont plus épuisants tant physiquement que moralement que d'autres, je m'épanouis dans ce métier. Bien que certains élèves soient plus pénibles que d'autres, ils restent des adolescents curieux, dynamiques, et sympathiques si on les prend à part. 
J'essaie à tout prix de leur montrer des choses inédites et de leur temps pour qu'ils s'impliquent en cours. Parfois ça passe à côté, je l'avoue, mais souvent ils tombent dans le panneau et je les retrouve avec des étoiles dans les yeux...

"- Madame, Picasso, il a une belle caisse non?
- Pourquoi tu dis ça?
- Bah c'est pas lui qui a crée la voiture Picasso?
- .... Tu sors." *




Bon je vais être réaliste. 
Mon objectif pour cette année est que mes élèves retiennent 
qu'il y a d'autres artistes que ce foutu Picasso.


Peace.


(*ps: Bon en vrai il est pas sorti mais il a compris que c'était pourri et il est devenu tout rouge.)



mercredi 24 décembre 2014

Parce que j'aime les triangles.


Parce que le blog renaît de ses cendres.

4 septembre 2014 - 16h24             



Je reprends le blog après tant d'années d'absence avec des nouveautés en vue! 
Attention les yeux!


Modèle: Maëva Nalin
Photographe: JR (installation)

jeudi 15 septembre 2011

Parce que je me surkiffe baby.

7 septembre 2011 - 15h07             



"Assume ta tronche de babouin... Assume."

Pensées de Maëva Nalin.


Merci aux Rencontres d'Arles pour ce grand moment.
(et à JR, mon grand amour)



Modèle: Maëva Nalin
Photographe: JR (installation)

mardi 5 juillet 2011

samedi 25 juin 2011

Parce que ça rend fou de traiter des photos cinq heures non-stop.

Intrigue.              



"Il faut se méfier de quatre choses en ce monde : du visage d'une femme ; du derrière d'une mule ; du côté d'une charrette ; et d'un moine de tous les côtés."

Jean-Baptiste Santeul.



           Ces derniers temps je me suis rendue compte que, jusqu'au lycée et même jusqu'à ma première année d'Arts Plastiques, j'étais enfermée dans une sorte de bulle qui me protégeait de la vie réelle. Mais je ne savais pas qu'il y avait un si grand gouffre entre ces deux mondes.

           On peut dire que je vivais dans un monde où tout était amour et paix. Certes, nous connaissons quelques histoires d'adolescent que nous avons vécu au moins une fois, en tant qu'acteur ou spectateur, mais rien de bien méchant... ou pas.
Et ce n'est qu'aujourd'hui que je constate que ce n'était rien comparé à ce qu'est vraiment le monde extérieur. Pourtant on m'avait prévenue, mais comment avoir sa propre opinion en n'ayant rien vécu?
           Dorénavant, je sais que la devise préférée de ce monde est: "Chacun pour soi et tant pis pour les autres". L'égoïsme est roi, l'hypocrisie est reine, et l'apparence est leur enfant. 


            La méfiance est désormais mon fardeau et la confiance mon trésor caché.




Modèle: Lauren M.
Photographe: Maëva Nalin

dimanche 5 juin 2011

Parce que je monte en haut et je descend en bas.

Gravité.                    



"Ce qu'un homme ne sait pas ou ce dont il n'a aucune idée 
se promène dans la nuit à travers le labyrinthe de l'esprit."

Johann Wolfgang von Goethe.




Photographe: Maëva Nalin